La conduite supervisée : un complément d'apprentissage avantageux

La conduite supervisée est une formule encore peu connue pour passer le permis de conduire.  Inspirée de la conduite accompagnée, elle propose une formule assouplie par rapport aux règles de l'AAC.

Conditions

Les candidats âgés de 18 ans et plus peuvent suivre une formation dans le cadre de la conduite supervisée s'ils souhaitent acquérir une expérience de conduite supplémentaire, notamment après un premier échec à l'épreuve pratique du permis de conduire ou au terme d'une formation initiale. Dans les deux cas, le candidat doit obtenir l'accord de son formateur. Préalablement, il doit impérativement avoir été reçu à l'examen théorique du code de la route et avoir suivi 20 h minimum de conduite au sein d'une auto-école. 

Avantages

L'élève est encadré par son accompagnateur. Grâce à cette formule, le candidat au permis de conduire acquiert plus de confiance en lui en se confrontant à des conditions réelles et diverses de circulation. 

L'expérience ainsi acquise sera un atout supplémentaire pour réussir l'examen pratique.  Par ailleurs, la conduite supervisée permet à un candidat ayant échoué une première fois à l'examen de préserver ce qu'il a acquis à moindres frais. 

La conduite supervisée présente différents avantages par rapport à la conduite accompagnée classique. 

Le déroulement

La durée minimale de la conduite supervisée est fixée à 3 mois.

Le nombre minimum de km à parcourir est fixé à 1000. 

Un seul rendez-vous pédagogique est imposé au cours de la formation. Il a lieu au cours des trois premiers mois de la conduite supervisée. 

La conduite se fait en présence d'un accompagnateur qui doit être titulaire du permis de conduire depuis au moins 5 ans. Pendant la conduite supervisée, le candidat ne doit pas dépasser 110 km/h sur autoroute , 100 km/h sur routes à chaussées séparées, 80 km/h sur les autres routes  et 50 km/h en agglomération. Le signe "conduite accompagnée" doit être apposé à l'arrière du véhicule. 

Formalités

Pour accéder à cette formation, le candidat doit avoir obtenu au préalable :

  • un accord écrit de la société d'assurances (extension de garantie)
  • une attestation de fin de formation initiale délivrée par l'école de conduite.

Un élève qui a échoué à l'examen pratique du permis de conduire et qui souhaite opter pour une formation en conduite supervisée, doit suivre un rendez-vous préalable de deux heures avec le moniteur en présence d'un accompagnateur afin d'obtenir l'attestation de fin de formation initiale permettant la  conduite supervisée. 

Assurance

Le candidat doit présenter l'accord de l'assureur à l'école de conduite. Cet accord stipule le nom de la ou des personnes autorisées en qualité d'accompagnateur.

Lorsque le candidat obtient le permis de conduire au terme de la conduite supervisée, il bénéficie d'une surprime moins importante que pour un jeune conducteur en formation traditionnelle (en général 50p. cent au lieu de 100 p. cent). Cette surprime passe à 25 % la seconde année puis disparaît la troisième année, si le conducteur n'a pas eu d'accident responsable.